A la Découverte de David HOCKNEY

“Cubism was an attack on the perspective that had been known and used for 500 years. It was the first big, big change. It confused people: they said, ‘Things don’t look like that!” (David Hockney)

Si le peintre britannique était inconnu des élèves début septembre, ce n’est désormais plus le cas pour les Terminales L. Pour la deuxième année consécutive (voir l’article « Les TL au centre Pompidou http://www.lyceebossuet-meaux.fr/journal/exposition-beat-generation-2/) Madame Griveau, professeur d’anglais et l’équipe éducative ont organisé une sortie au Centre Pompidou, à Paris. Le professeur-pilote nous explique sa volonté de  « centrer les L autour d’un thème culturel » et de leur « permettre de s’ouvrir à l’art contemporain  […] tout en faisant un parallèle avec la langue ». Elle précise également que  « c’est un moment convivial, une sorte de journée d’intégration dédiée aux L » qui ne sont alors qu’une quarantaine en terminale.

La plupart exprimaient déjà leurs appréhensions : « Le cubisme, ce n’est pas de l’art », « ça ne ressemble à rien, et surtout pas à la réalité » ou encore « je ne comprends pas l’intérêt du mouvement » autant de formules qui étaient dans la majorité des bouches.

Mais ces airs dubitatifs se sont vite dissipés après les explications de la guide-conférencière. Par un jeu de questions-réponses, elle a poussé les élèves à faire un effort de réflexion, d’imagination et surtout d’ouverture d’esprit face à la différence. Progressivement, naviguant entre les célèbres tableaux The Cha Cha Cha That Was Danced in The Early Hours of 24th March, The Swiss Landscape, American Collectors ou bien sûr A Bigger Splash, découvrant l’implicite des œuvres et écoutant quelques anecdotes amusantes, les visages se sont éclairés, une ébauche de sourire entendu perceptible.

A la fin de la visite, les commentaires étaient plus partagés. Si tous reconnaissent « l’intérêt pédagogique » de cette exposition, certains avouent néanmoins « ne pas raffoler de l’art contemporain ». D’autres, plus enthousiastes, ressentent comme « une envie d’aller plus loin, d’approfondir davantage » cet art souvent méprisé et incompris : « C’est déroutant… Mais j’aime bien. On a plus de liberté d’interprétation » conclut une élève.

Amateurs d’art, rien ne vous empêche d’aller jeter un coup d’œil à :

https://www.centrepompidou.fr/cpv/resource/cR8ydbn/rKA9jL9

ou bien au CDI du lycée Bossuet qui vient d’acquérir le magnifique catalogue de l’exposition David Hockney.

Laure Chanfong TL