DROIT & JUSTICE

Durant plusieurs semaines, une conférence sur le droit et la justice a été donnée aux élèves.

pixabay

Animée par une juge et un avocat (M Sylvain Lebreton), elle permettait de faire découvrir aux étudiants une part du monde judiciaire. Les intervenants ont réussi à rendre leur sujet à la fois instructif et captivant en instaurant un échange avec leur audience.

Nous avons commencé l’heure en écoutant le témoignage d’un élève ayant effectué un stage chez un avocat, puis nous avons enchaîné en rappelant les divers éléments et postes composant un tribunal. De là, la question de la justice des mineurs a été abordée, ainsi que l’application de sanctions pour  les moins 13 ans, de 18 ans et les majeurs. Le code pénal étant le même pour tout individu, les tribunaux et peines appliquées diffèrent, ces dernières étant souvent divisées par deux pour les plus jeunes. Il a été rappelé que le rôle fondamental du juge d’instruction est d’assurer la protection et le « relèvement éducatif » des mineurs. Les décisions peuvent donc parfois être volontairement ralenties afin de voir l’évolution de la personne. Il devient ainsi plus aisé d’appliquer la sentence appropriée et de trouver des solutions éducatives.

La séance a continué avec une discussion sur les gardes-à-vue  (et les suites pouvant en découler), puis sur les stupéfiants. Il est intéressant de noter que la peine peut varier d’un an de prison pour consommation, à dix ans pour détention/cession. Il a également été dit que l’alcool dans le sang diminuait beaucoup plus rapidement que les stupéfiants (environ 1 journée pour l’alcool et 1 à 3 mois pour les stupéfiants), ce qui représente un écart important, notamment lorsqu’il est question de conduite. L’échange s’est ensuite porté sur les fautes volontaires ou non, et la présomption d’innocence appliquée en France.

Au cours de ces deux heures, notre groupe a appris la notion du droit vivant, c’est-à-dire un code pénal en constante évolution, avec des lois récentes telles que celles concernant le voyeurisme. Il y eut également une mise en garde contre le harcèlement et la mise en ligne de vidéos ou de photos d’une personne contre son gré. Nous savons que beaucoup d’individus sont touchés et souffrent de ces phénomènes, aussi nous prenons ce rappel très au sérieux et comprenons son importance. Enfin, les intervenants nous ont renseignés sur les cursus respectifs de juge et d’avocat. L’esprit d’analyse est primordial pour pratiquer le droit, cette discipline étant déductive et logique.

De cette conférence, nous avons retenu plusieurs éléments :

Premièrement, de manière générale, les mineurs ont tendance à se mettre en danger, n’étant pas pleinement conscients de leurs actions. Nous devons par conséquent nous montrer d’autant plus vigilants et mesurer les conséquences de nos actes.

De plus, nous savons qu’il ne faut jamais hésiter à tendre la main à une personne en souffrance. Même si notre intervention nous semble insignifiante, elle aura sans doute une portée bien plus grande que celle que nous imaginons, voire sauvé une vie.

Enfin, le droit et la justice nous permettent à la fois de vivre ensemble et de nous protéger, des autres et de nous-même.

Svetlana Lamic, 1S