Konnichiwa, atelier Japon !

Dans une démarche d’investigation, l’atelier journalisme est parti à la découverte des autres ateliers de Bossuet. Le mardi 15 octobre, c’est à l’atelier Japon que le groupe a fait escale pour une séance d’immersion dans une toute autre culture.

L’atelier Japon de M. Benjamin Dierre a pour but d’enseigner aux élèves l’art et la manière de (sur)vivre au Japon en leur inculquant des notions leur permettant de communiquer et de s’intégrer une fois là-bas.

La structure de cours se compose de trois parties. Tout d’abord, le visionnage d’un support, le plus souvent une vidéo, en lien avec la notion du jour. Les élèves découvrent ensuite du vocabulaire nouveau avec la traduction française, la prononciation et l’écriture Japonaise. Enfin, la classe aborde les points culturels spécifiques. S’ensuit alors une phase d’exercices afin de mettre en application les nouvelles connaissances acquises.

Lors de la séance à laquelle nous avons assisté, nous avons appris les différences langagières lorsque l’on s’adresse à autrui. En effet, on utilise pour cela le nom de famille (qui vient avant le prénom) suivi d’un suffixe, qui diffère selon la personne et ce qu’elle représente par rapport à nous. Ainsi, pour parler à son ami, on n’emploie pas le même suffixe que pour communiquer avec un supérieur hiérarchique.

Nous avons ensuite découvert un site Internet permettant d’écrire nos prénoms avec des Kanjis ou des Katakanas (des types de caractères Japonais). Il est intéressant de noter que les sons japonais existent en français mais que tous les sons français n’existent pas en Japonais.

Comme pour les suffixes, il y a au Japon différentes manières de saluer selon la personne qui se trouve en face de nous. Nous avons pu mettre cela en pratique lors de la partie « application », en s’entraînant à saluer notre voisin de table.

Enfin, pour terminer la séance, le cérémonial de l’échange des cartes de visite a été abordé, puisqu’il constitue une part importante de la vie d’un employé Japonais. Il s’agit là d’un cérémonial très codifié permettant de présenter sa situation professionnelle lors d’un entretien, ainsi que de connaître celle de son interlocuteur.

En entrant dans cet atelier, c’est une toute nouvelle culture que nous avons découvert. Nous avons voyagé bien au-delà des quatre murs de cette salle de classe, vers un tout autre univers dont nous n’appréhendions pas réellement l’étendue. Ce fut une expérience plaisante et dépaysante, que nous recommandons aux élèves, qu’ils soient intéressés par le Japon ou simplement désireux de découvrir un tout autre univers !

Svetlana LAMIC, TS