Cinéma

L’option cinéma audiovisuel au Lycée Bossuet

 

Depuis 2009, l’option cinéma audiovisuel  propose un enseignement à vocation artistique, autant exigeant sur le plan technique et culturel que stimulant avec l’encadrement ponctuel de notre partenariat professionnel. L’option cinéma est ouverte à des profils d’élèves très variés. Nous accueillons cette année plus d’une soixantaine d’élèves répartie sur la seconde, la première et la terminale.

L’enseignement cinéma audiovisuel se déroule sur trois années et propose une formation adaptée aux élèves qui aspirent à découvrir ou à approfondir une créativité dans le domaine de l’image.

Pour l’année 2017- 2018, les élèves de terminale sous la direction de leur professeur ont choisi de traiter comme thème d’étude La comédie sociale pour la réalisation de deux courts métrages « Vacarme et Respire » qui seront validés en fin d’année pour l’épreuve du baccalauréat. En première, le programme s’intéresse sur le rapport entre l’image et le réel; les élèves apprennent à concevoir un documentaire à partir d’un thème sélectionné.

La seconde enfin est la première année d’initiation ; Les élèves débutants apprennent à découvrir les fondamentaux du cinéma (initiation à la photographie, construction et étude du plan au cinéma, le scénario, les principes du montage, la découverte de l’histoire du cinéma (du muet au parlant, les différents courants), la rencontre avec des œuvres du 7e art anciennes et contemporaines.

Cet hiver les élèves de seconde répartis en plusieurs groupes ont réalisé en autonomie leur première pratique de tournage à partir d’un extrait de scénario et de story-board réalisé en classe.

Enfin rappelons pour les futurs postulants que l’option facilite la construction d’une orientation vers les métiers de l’audiovisuel grâce aux moyens d’une éducation à l’image cinématographique.

Professeurs: Patrice Betbeder, Fabrice Vogel

___________________________________________________________________________

Lycéens et Apprentis au Cinéma 2018

Dans le cadre de la seizième édition du dispositif « Lycéens et Apprentis au cinéma », plusieurs classes de première et de terminale vont pouvoir (re)découvrir les plus grands classiques du cinéma.

Ce jeudi 7 décembre, c’était M Le Maudit du réalisateur allemand Fritz Lang qui était mis à l’honneur. Nous sommes dans les années 30 et  un tueur de petites filles court dans les rues berlinoises. De la psychose qui s’empare de toute une population à la traque du tueur en série par les truands eux-mêmes, M Le Maudit questionne, dérange, inquiète au point d’être censuré. Avec une dimension de critique sociale, Fritz Lang remet en cause le portrait-robot du meurtrier tiré de l’imaginaire collectif, mais aussi des concepts plus abstraits, tels que la justice, la responsabilité ou la compassion.

Si certains élèves d’option cinéma admirent le talent de réalisateur de Fritz Lang en s’attardant sur une analyse plus technique, d’autres préfèrent échanger sur les scènes qui les ont « le plus marquées ». « On aurait dit un procès des Enfers » remarque une terminale, en faisait allusion aux derniers moments du film. « C’est oppressant, tous ces regards qui jugent, tous ces regards méprisants et haineux […] Enfin, il l’a bien mérité » 

Dans la classe, la question posée par Mme Taupin se transforme en débat : Peut-on éprouver de la compassion pour le monstre ? 

Pour la majorité, la réponse est sans appel : un tueur en série, qui assassine des enfants totalement innocents et de surcroit sans défense, ne mérite aucune compassion. Mais une minorité distingue la responsabilité du crime. En effet, un élève explique que « M Le Maudit » entend des voix néfastes sans répit, qu’il est comme « poussé à la faute et au crime » pour trouver ne serait-ce qu’une minute de tranquillité et d’apaisement. Une autre défend l’idée selon laquelle « on peut être coupable, mais pas responsable » et en appelle à la compassion devant la souffrance d’autrui, et ici, celle d’un jeune homme pris de violentes passions, aussi vulnérable que ses victimes.

La prochaine fois, tous les regards seront tournés vers le fameux Charlie Chaplin dans Le Dictateur !

Laure Chanfong, TL

____________________________________________________________

Remise des Prix Concours National ‘Je filme mon métier’au Grand Rex

 

«  Je filme mon métier » concours national audiovisuel en France métropolitaine et Outre-mer…

IMG_0482 (1)

21 mai 2015, c’est au Grand Rex que Guillaume Martin, Adrien Salvador élèves en 1ère  du lycée Bossuet  et Alexandre Canifru du Lycée Coubertin; accompagné de leur professeur de l’option cinéma Mr Vogel avaient rendez-vous dans cette salle mythique, la plus grande salle de cinéma d’Europe.

Dans le cadre de  la 8ème cérémonie « Je filme le métier qui me plait » placée sous le patronage de France 3, le quatuor Meldois a fait le déplacement pour défendre leur projet « Mission spéciale : garderie » sélectionné par un jury composé de personnalités du monde, de l’éducation  ainsi que des médias et de l’entreprise. .

IMG_2292 (1)

Cette année encore, ce n’est pas moins de 32417 participants dont 1402 projets, présentés en compétition dans 14 catégories distinctes.

A 14H, sous ce plafond étoilé du Grand Rex ; le coup d’envoi de la compétition est donné par Serge Moati, qui nous fait l’honneur d’endosser pour la seconde fois le costume du Président du jury.IMG_2295

Derrière ce challenge, se cache un réel projet pédagogique mettant en avant des métiers méconnus du grand public et incitant les jeunes réalisateurs à se tourner vers l’univers de l’entreprise.

Vers 16H, à l’issue des délibérations du jury, l’ensemble de l’équipe de l’option cinéma du lycée Bossuet, a été couronné par «un clap de bronze » les récompensant pour leur travail assidu et leur persévérance. Ce tremplin artistique n’est qu’une étape dans ce parcours cinématographique des trois jeunes gens qui comptent bien tenter de nouveau l’aventure l’an prochain.

Mika Lenormant,  journaliste et ancienne élève

IMG_0489 (1)