Un écrivain au Lycée Bossuet. Rencontre avec Ono-Dit-Biot

Photo ONO 104IMG_2332 

Vendredi 31 janvier, les lycéens et les étudiants des Classes Préparatoires du Lycée Bossuet, ont rencontré Christophe ONO-DIT-BIOT. L’écrivain est cette année Grand prix de l’Académie Française et prix Renaudot des lycéens avec son dernier roman Plonger. Ceci ne pouvait pas échapper au chef d’établissement Madame Marie-Laure Grandgirard qui, à l’occasion des 25 ans de la CPGE, a offert le livre aux étudiants de prépa et pris l’initiative, avec la librairie Le Monde d’Arthur, d’inviter le romancier.

Lors de la conférence qui a rassemblé dans la salle de spectacle du lycée Bossuet plus de deux cent auditeurs, l’écrivain a eu le plaisir de répondre à leurs interrogations portant sur sa vision du monde contemporain, son œuvre romanesque et le rôle de la culture. Car Christophe Ono-Dit-Biot, journaliste et critique littéraire au Point, mêle avec talent l’antique et le moderne. Un échange riche, qui a permis aux élèves de comprendre le point de vue de l’auteur, pour qui héritage et partage sont essentiels à l’écriture de l’avenir.

Suite à la conférence, un cocktail a réuni les professeurs et les élèves de Khâgne et d’Hypokhâgne autour de Christophe Ono-Dit-Biot, qui leur a dédicacé son ouvrage. Ambiance conviviale au Centre de Documentation à l’image du romancier heureux de partager un moment de culture.

Tracy PEDRO, élève de Khâgne au Lycée Bossuet

Paroles d’élèves

2014-01-21 20 16 442014-01-21 20 16 38Visite des frères et sœurs du couvent St François d’Assise à Cholet   mardi 22 janvier                                                          2014-01-21 20 16 50

La venue des sœurs de la communauté Marie fut une rencontre enrichissante et divertissante. On a découvert une facette de la religion qu’on ne connaissait pas. Chants, prières et bonne humeur sont les mots qui pourraient résumer le mieux cette soirée. les sœurs  nous ont transmis des enseignements tout le long de la soirée mais une d’elles a dit une phrase qui m’a marquée :

« Je t’aime telle que tu es, mais je t’aime trop pour te laisser telle que tu es. »  A méditer…

Kerryan Adiaba Tes argent

Bien que ce soit une vérité compliquée à comprendre et même seulement à admettre, cette visite m’a touché à un endroit encore inconnu dans mon cœur et m’a ouvert les yeux sur un nouveau monde plein d’espoir.

Alex Tartour 1es argent

Atelier d’écriture

Aline photo atelier

Photographie d’Aline Morand TL marine

 Une image simple, fixe.

Rien ne bouge.

Au loin quelques chants d’oiseaux perdus parviennent à mes oreilles. Un bruissement de feuilles vertes, secouées par une brise légère.

Le temps passe et toujours rien ne s’efface.

Il est là ! Pourquoi est-il là ? Il est perdu, perdu dans ses pensées, dans de lointaines rêveries, enfouies, enterrées dans son passé.

Un bourdonnement d’abeille rompt le silence, qui bientôt reprend ses droits.

Il regarde ce soleil, pourquoi le regarde-t-il ?

Un long sifflement d’instrument s’installe, massif.

Rien n’a changé. Pourquoi ne bouge-t-il pas ? Mais que fait-t-il ? Qui est-t-il ? Tout ce que je sais c’est qu’il est là, immobile.

Un coup d’éclair survient, son trône de fer, berceau d’une fin qui échappe à l’histoire. Il ne reste de l’image que son paysage.

J’entends à présent un cri d’enfant, souvenir d’une vie antérieure.

Un coup d’éclair parait à nouveaux.

Un reflet de lame, une goutte vermeille.

Un coup d’éclair !

Deux frères s’amusent, un sourire éclairant leur visage innocent.

Un coup d’éclair !

Ses yeux se ferment, une dernière pulsion et son cœur impuissant stoppe son mortel battement.  

 Pauline La Burthe 2nd Argent

 

Semaine de la solidarité

solidarité 2solidarité 1

Durant la semaine du 11 au 15 novembre, le commerce équitable a pris place à l’aumônerie et nous a fait voyager dans le monde. Une grande diversité de produits était disponible comme par exemple du chocolat, des pâtes, des bijoux et des vêtements.

Chaque jour,  une ou plusieurs classes étaient conviées à une conférence avec Madame Greuzat, au sujet du commerce équitable. Un film nous a été montré afin de nous expliquer les diverses manières de cultiver et de produire  à travers les pays. Plusieurs élèves étaient chargés d’aider à faire le service de dégustation durant le film et d’autres étaient responsables de la vente.

Cette semaine nous a appris beaucoup de choses sur le monde qui nous entoure. Prenons conscience de nos actes   » nos achats ici changent leur vie là-bas », pensez-y !

Alix Boufrain, Ornella Challaye, et les élèves de 1ère ES Bronze

Atelier d’écriture

D’après une photo de Virginie Pirrot

LE LOUP

Une couleur qui adoucit les autres mais qui ne distrait pas le blanc, une couleur pure et froide comme la neige. Elle engloutit le paysage, le rendant cristallin, merveilleux, seul le loup n’est pas dévoré par cette couleur. Il fait directement parti du paysage. Assis, il contemple, attend pour mieux choisir sa proie. Il se fond avec le paysage blanc mais ressort par sa teinte différente et ses yeux de ténèbres.

Assis dans cette posture majestueuse, il est le roi des forêts, des montagnes enneigées, et des plaines glacées. Il est d’une royauté magnifique, derrière le grillage, je ne peux m’empêcher d’immortaliser cet être pur, froid et dangereux. Le loup familial et solitaire. Le loup de mon enfance.

 

Caroline Bigaré 1L Marine