EDD : Visite du Musée des peintres de la Nature

    Jeudi 28 mai, dans le cadre de l’Education au Développement Durable (EDD), deux classes de seconde du Lycée Bossuet ont eu l’opportunité d’aller au musée départemental des peintres de Barbizon

.DSCN0532 DSC_0450

Quand on ne connait pas ce que fut ce qui se nommait « l’école de Barbizon », la relation avec l’EDD n’est pas évidente. Et pourtant ! En effet, les élèves des secondes Bleu et Argent, ont découvert que c’est à Barbizon que s’installèrent en 1825 les premiers artistes français qui peignirent la nature « in vivo ». Jusqu’alors cette nature était reléguée, au mieux, au second plan des œuvres. Le paysage était alors considéré comme un genre mineur. Dans la tradition académique de l’époque, l’inspiration était cantonnée à trois thèmes : la mythologie, la religion et les grands hommes. Ne servant qu’à mettre en évidence le sujet principal, la nature était donc peinte dans les ateliers à partir de souvenirs ou de l’imaginaire des peintres. En rupture avec cet académisme, et aidé par l’apparition des couleurs en tube (ce qui facilitait beaucoup la possibilité de sortir des ateliers) des peintres comme Jean-Baptiste Camille Corot, Charles-François Daubigny, Jean-François Millet et Théodore Rousseau décidèrent prendre la nature elle-même comme sujet de leurs peintures. Recherchant de beaux paysages, ils sortent des villes et découvrent la forêt de Fontainebleau. Le premier village (Chailly en Bière) étant trop éloigné du lieu principal d’inspiration de ces artistes, ils décident de s’installer dans un hameau d’une centaine d’âmes : Barbizon.

DSCN0500

Là, l’épicier les accueille, transformant peu à peu sa maison en un lieu de résidence sous l’appellation de « l’auberge Ganne » qui accueille aujourd’hui le musée visité par les lycéens de Bossuet. Durant près de 50 ans (de 1825 à 1875), plus d’une centaine de jeunes peintres viendront participer à cette révolution de la peinture française. De cette époque, le tableau le plus connu restera peut-être le fameux Angélus de Jean François Millet peint en 1857.

Angelus

Mais au-delà d’une production artistique, les paysagistes de Barbizon ont marqué à jamais la peinture française et mondiale. En effet, leurs études et tableaux d’une nature à la lumière changeante influencera en profondeur des membres du futur groupe des impressionnistes. En 1863, des jeunes peintres tels Monet, Sisley, Bazille… viennent en effet à Barbizon pour y rencontrer les grands maîtres de l’époque, et Monet peindra au printemps de cette année là son fameux « le déjeuner sur l’herbe » à Chailly en Bière (village à moins de 3 Km de Barbizon). Désormais de renommée mondiale, Barbizon est un lieu de « pèlerinage » pour peintres amateurs ou non qui souhaitent marcher dans les pas de leurs illustres prédécesseurs qui ont eu l’audace de mettre la nature à sa juste place : la première !

Jacques Nédellec

Remise des Prix Concours National ‘Je filme mon métier’au Grand Rex

«  Je filme mon métier » concours national audiovisuel en France métropolitaine et Outre-mer…

IMG_0482 (1)

21 mai 2015, c’est au Grand Rex que Guillaume Martin, Adrien Salvador élèves en 1ère  du lycée Bossuet  et Alexandre Canifru du Lycée Coubertin; accompagné de leur professeur de l’option cinéma Mr Vogel avaient rendez-vous dans cette salle mythique, la plus grande salle de cinéma d’Europe.

Dans le cadre de  la 8ème cérémonie « Je filme le métier qui me plait » placée sous le patronage de France 3, le quatuor Meldois a fait le déplacement pour défendre leur projet « Mission spéciale : garderie » sélectionné par un jury composé de personnalités du monde, de l’éducation  ainsi que des médias et de l’entreprise. .

       IMG_2292 (1)

Cette année encore, ce n’est pas moins de 32417 participants dont 1402 projets, présentés en compétition dans 14 catégories distinctes.

A 14H, sous ce plafond étoilé du Grand Rex ; le coup d’envoi de la compétition est donné par Serge Moati, qui nous fait l’honneur d’endosser pour la seconde fois le costume du Président du jury.IMG_2295

Derrière ce challenge, se cache un réel projet pédagogique mettant en avant des métiers méconnus du grand public et incitant les jeunes réalisateurs à se tourner vers l’univers de l’entreprise.

Vers 16H, à l’issue des délibérations du jury, l’ensemble de l’équipe de l’option cinéma du lycée Bossuet, a été couronné par «un clap de bronze » les récompensant pour leur travail assidu et leur persévérance. Ce tremplin artistique n’est qu’une étape dans ce parcours cinématographique des trois jeunes gens qui comptent bien tenter de nouveau l’aventure l’an prochain.

A suivre..

-Mika Lenormant journaliste et ancienne élève

 IMG_0489 (1)