Archives par mot-clé : atelier

Culture japonaise

こんにちは! 

Vous êtes passionnés par le Japon et sa culture ?  Monsieur Dierre, professeur de chimie et également japonisant ( puisqu’il y a résidé plusieurs années) nous invite à découvrir la culture du pays du soleil levant. Quand ? Tous les vendredis midi de 12h30 à 13h30. Où ? En salle G07. Pour cela il faut s’inscrire auprès de Madame Tellier. Cet atelier n’est pas un cours magistral de japonais mais plutôt une approche de la langue avec l’apprentissage des bases et de la culture : les quatre alphabets utilisés au japon et comment se présenter.

D’autres aspects de la culture sont abordés tels que la cuisine japonaise, les degrés de politesse ainsi que la hiérarchie qui sont très importantes. En effet, on ne doit pas appeler son professeur sempai mais plutôt sensei

Voici quelques avis d’élèves de l’atelier japonais

“J’aime. Les sujets sont divers et il y a une ambiance bon enfant”

“Je trouve que c’est intéressant de découvrir les bases du japonais, c’est une langue et une culture bien particulières mais qui me passionnent, donc pour l’instant c’est que du positif pour moi”

“Le prof est très investi et il aime nous parler du Japon donc ça fait plaisir” 

“J’aime beaucoup cet atelier. Je trouve que c’est vraiment un moment reposant dans journée où il y a que des personnes qui ont presque les mêmes centres d’intérêt”

さようなら!
Sayonara

Marie D., 1ère

Venez pratiquer le MMA !

Le MMA (Mixed Martial Arts) est un sport de combat complet qui cartonne en Amérique et qui se révèle de plus en plus populaire en France comme dans le reste du monde. Cette discipline pour les garçons ET pour les filles possède la particularité de rassembler des techniques de nombreux autres arts martiaux tel que le jiu-jitsu brésilien, la boxe, le judo, le karaté, le muay thaï… Au lycée Bossuet Benjamin Boinet, professeur de judo, donne des cours d’arts martiaux mixtes aux lycéens intéressés de près ou de loin par cette discipline tous les mercredis de 14h30 à 16h30.  

Benjamin B. entouré des MMA girls & boys 2021

Après l’échauffement les pratiquants s’entrainent avec des mannequins et d’autres matériels d’entrainement. Ils travaillent sur des enchainements de boxe et des techniques de lutte. Ces exercices s’avèrent être aussi ludiques qu’énergiques. Par la suite ils s’entrainent avec un réel partenaire sur l’une des trois phases du MMA que sont le combat debout, le combat au corps à corps et le combat au sol. Bien sûr ces ateliers se font dans le respect des règles et de l’autre car même si le risque de blessures y est présent il s’agit avant tout d’une activité extra-scolaire. Quoi qu’il en soit ces cours sont gratuit, sans engagement et ouvert à tous les lycéens.  

Donc si les arts martiaux vous intéressent de près ou de loin, n’hésitez pas et soyez présent au prochain cours ! 

Zyad F., 1ère

L’Atelier Météo fait la pluie et le beau temps à Bossuet

Cette semaine, l’atelier journalisme s’est rendu dans les laboratoires afin de découvrir l’atelier météorologie, constitué de Jimmy, Romain, Kathleen, Amélie et Ezra, et encadré par Monsieur SIMONNY. Il s’agit d’un club dont l’objectif est de donner des informations fiables sur la météo du lycée.


Jimmy, Romain, M. Jean-Marie Simonny, Kathleen, Amélie et Ezra

Leurs activités :

Les membres du groupe, tous des passionnés, suivent des cours sur la météo et le développement des phénomènes météorologiques. Dans le cadre de cet apprentissage, ils passent des questionnaires ciblés afin de tester leurs connaissances. Ils étudient également le temps en France par le biais de sites météorologiques, et les comparent entre eux, ainsi qu’avec leurs propres données. Ils recherchent ainsi une certaine fiabilité afin de savoir quelles informations sont utilisables.

Leur objectif :

Le projet des élèves est de se procurer une station météo, qui sera sans doute installée sur la cour des Premières. Celle-ci permettra notamment de donner des informations sur la pression et la température. Les informations récoltées leur permettront d’interpréter les annonces des stations météorologiques, et même de réaliser leurs propres prédictions et d’analyser les raisons de leurs erreurs potentielles. La station sera reliée par une connexion sans fil à un boitier situé au laboratoire, ainsi qu’aux téléphones des élèves, afin de réaliser des études comparatives.


Leurs motivations :

Nous avons ensuite interrogé les élèves sur les raisons de leur engagement, ainsi que le lien possible avec leur futur métier.
Pour Jimmy, cet atelier représente un loisir lui donnant l’occasion de développer ses connaissances sur la météorologie, ce qui pourra lui servir pour son futur métier dans l’aéronautique. Cela lui permet également de développer son esprit critique, par exemple avec la comparaison des informations météorologiques.
Romain adopte un point de vue similaire. Pour lui, il s’agit d’un loisir lié à son projet, lui aussi dans le domaine de l’aéronautique.
Kathleen, quant à elle, n’a pas un projet professionnel en lien avec la météorologie. Il s’agit pour elle d’une passion, lui venant de son enfance. C’est notamment le livre « Le prince des nuages », qui a éveillé chez elle un intérêt pour la météorologie, la physique, l’astrophysique et l’astronomie.
Pour Amélie, c’est sa passion sur l’espace et la nature, qui la pousse à suivre ce cours. Elle est ainsi également inscrite au club d’astronomie, les deux ateliers lui permettant un loisir lié à ses passions.
Enfin, Ezra nous dira qu’étant toujours en recherche d’un projet professionnel, il s’appuie sur ses centres d’intérêt. Cet atelier qui n’était initialement qu’un loisir pourrait bien être lié à son projet futur.

Ainsi, les membres du club vont créer des bases de données permettant aux élèves des générations futures d’exploiter des résultats pour créer des moyennes de temps.
Ils considèrent que, bien que l’action au niveau individuel puisse sembler sans impact, l’association du plus grand nombre de personnes permettra de faire évoluer les choses !

Nous leurs souhaitons donc bonne chance pour la réalisation de leur projet et espérons que les prédictions ne nous indiquent pas un hiver trop rude !

Svetlana LAMIC, TS


PLEINS FEUX SUR … L’Atelier Robotique

De l’industrie aux films de sciences fiction, les robots sont partout ! Et si on apprenait à mieux les connaître ? L’atelier robotique nous a reçu et parlé de leur projet robotique et surtout de leur participation au concours « Les Trophées de Robotique 2020 »

L’atelier robotique et Jacques Lemercier (au centre)

En place depuis deux ans, l’atelier robotique encadré par Jacques Lemercier, professeur de mathématiques, fait actuellement l’objet d’un véritable engouement. Malgré le nombre, l’équipe des jeunes chercheurs semble très soudée et tous les membres semblent plus motivés les uns que les autres. Cette année est marquée par un grand événement : la participation à un concours européen de robotique qui a pour thème “Sail the world !”. Cela signifie que tous seront amenés d’une certaine manière à prendre le large et voguer sur les mers du monde. Le robot, que les membres de l’atelier fabriquent à partir de pièces détachées devra affronter un autre robot pendant une manche de 120 secondes sur un plateau qui représente l’océan. C’est avec passion qu’ils nous partagent de nombreux détails techniques mais aussi leurs hésitations quant à l’ergonomie de ce petit robot. Ils le disent clairement ils veulent “faire le maximum cette année” afin d’être bien placés sur le podium. Sponsorisé par Planète Sciences, cet atelier n’en est que plus attrayant ce qui explique le fait que beaucoup des lycéens venus par curiosité, ont fini par y participer assidument chaque vendredi. Leur précieux combattant sera à terme, capable de se déplacer dans un espace donné et son bras pourra saisir des objets mais aussi les manipuler. A l’évocation de l’éventuelle domination des hommes par les robots, ils répondent qu’il faut plutôt les voir comme des alliés capables de nous aider dans les tâches plus difficiles. N’hésitez pas à y faire un tour un vendredi midi afin d’admirer ce petit bijou de technologie !  

Le robot à trois roue imaginé par les élèves , en phase de conception

Gabrielle Ollu, TL

L’ATELIER LSF ‘LANGUES DES SIGNES FRANÇAISES’ UN NOUVEL ASPECT DE LA COMMUNICATION

Cette semaine, l’atelier journalisme s’est rendu au cours de langue des signes du niveau Terminale.

L’heure a débuté par une conversation en langue des signes tout en déjeunant. La disposition des élèves en cercle autour du professeur a tout de suite créé un cadre convivial favorisant l’échange. Durant cette période, presque aucune parole n’est prononcée, laissant place à un tout autre type de communication. Nous avons appris que les cours sont dispensés par deux professeures, dont l’une s’exprimant exclusivement en signant.

Après ce moment d’échange, le cours en lui-même a véritablement débuté. L’objet d’étude du jour étant les saisons, les élèves ont listé tous les mots en lien avec ce thème général, tandis que la professeure les écrivait au tableau. Elle les a ensuite signés un par un, tout en étant imitée par les élèves. Suite à cela, ces derniers ont bénéficié d’un temps pour les reproduire à leur rythme. L’exercice s’est répété plusieurs fois avec différentes suites de mots. De cette manière, nous avons pu découvrir cette langue nouvelle, ainsi que ses spécificités. A titre d’exemple, notons que l’intensité ou la répétition du geste peut faire varier le sens d’un mot. On remarquera que si plusieurs signes peuvent avoir le même sens, plusieurs mots ou expressions peuvent être signés de la même manière. La richesse du langage parlé étant plus importante que celle de la langue des signes, certains mots vont être décomposés ou supprimés afin de retranscrire le sens de la phrase (exemple : le mot calendrier de l’Avent se compose des signes « calendrier », « attendre » / « patienter » et « Noël »). La main utilisée va également jouer son rôle dans la communication. Pour terminer la séance, la professeure nous a recommandé d’apprendre à la fois avec la parole et les gestes. On note cependant que, comme pour beaucoup d’autres langues, traduire mot à mot le Français est une erreur à ne pas commettre.

Cette expérience nous a permis non seulement de nous initier à une toute nouvelle forme de communication, mais également de découvrir un groupe d’élèves investis, prêts à donner de leur temps pour s’ouvrir à l’autre. Ayant déjà plusieurs années de pratique derrière eux, ils ont acquis un niveau leur permettant déjà d’entretenir des conversations signées, ainsi qu’un large éventail de vocabulaire. Il ne nous reste plus à présent qu’à leur souhaiter bon courage pour leurs prochains examens !

Svetlana Lamic, TS