Archives par mot-clé : expo

EXPOSITION DOROTHEA LANGE

Les Terminales au Musée du Jeu de Paume

 

TL indigo

Le 13 novembre, les deux classes de terminale littéraire accompagnées de Mmes Griveau, Taupin, Bohollo et Bauchard ont visité l’exposition de l’œuvre de la photographe de Dorothea Lange proposée au Musée du Jeu de Paume.

Tl marine

Suite à cette visite, un concours a été organisé par Mme Griveau et l’Atelier d’Ecriture a continué le projet en soumettant la célèbre Migrant mother (photo ci-dessous) à l’imagination créatrice de ses participants.

Migrant Mother, Nipomo, California

Ce fut une grande surprise pour moi en tant que seule terminale de l’atelier, sachant que cette photographie me fascine et m’émeut.

Clémentine Fouquet

43 ans plus tard …

Plusieurs années après la crise qui avait appauvri les Etats-Unis, James était retombé par hasard sur cette photo. Il se souvenait parfaitement du voyage, tant il avait été douloureux. Il n’avait que sept ans… Cette photo le faisait retourner en enfance. Cette enfance vagabonde, pendant ce qui semblait avoir été une éternité. Il se rappelait le désespoir des parents qui avaient dû vendre jusqu’aux pneus de leur voiture pour survivre. Les légumes gelés des champs abandonnés, les oiseaux chassés avec son frère plus âgé. Sa mère avait à peine trente-deux ans, mais en paraissait quinze de plus.

Un matin, ils avaient dû tout quitter, ferme, animaux, amis. Il avait voulu garder un poussin dans sa poche, mais il avait fallu tout vendre, tout abandonner pour une bouchée de pain. Il fallait partir et vivre comme les ancêtres, partir vers l’ouest.

De quoi était-ce parti ? Même aujourd’hui, à cinquante ans, il ne l’avait pas compris… il quitta l’image dans son journal pour se préparer un thé. Ses souvenirs le bouleversaient tant! Il retourna chercher la photographie devenue célèbre. Sa mère, son frère et sa petite sœur étaient célèbres, mais juste sur le papier. La misère de 1936 s’était arrangée en quarante trois ans, bien sûr. Mais cette misère passée ne peut s’effacer, surtout lorsqu’elle avait été vécue enfant.

Clémentine Fouquet