Archives par mot-clé : THEATRE

Le Théatre de la Huchette à Bossuet

Le Jeudi 4 mai, les élèves de 1L indigo, de S bleue, rouge et orange ainsi que ceux de ES argent ont assisté à une représentation de la Cantatrice Chauve.

Cette pièce célèbre d’ Eugène Ionesco est jouée tous les jours  au théâtre de la Huchette à Paris depuis 60 ans et exceptionnellement des comédiens de la troupe ont accepté de la présenter aux élèves du Lycée Bossuet. Le texte avait au préalable été étudié par certaines classes qui présenteront donc ce texte ainsi que la pièce jouée au Bac. La comédie a été bien accueillie par le public, la salle était souvent parcourue par le rire. Ensuite, la représentation fut suivie d’un entretien avec les comédiens. Les élèves ont manifesté un intérêt certain, posant de nombreuses questions ; lesquelles portaient essentiellement sur le jeu. Les élèves s’intéressaient beaucoup à l’univers théâtral dans sa mise en scène, le jeu des acteurs ou encore l’apprentissage des textes. La séance se finit au bout de deux heures et les échanges se sont poursuivis entre les élèves qui ont apprécié la pièce.

Mariama  Aboudou, 1S

Théâtre / Vie et mort de H

Mercredi 11 janvier. Sortie théâtre à la Cartoucherie de Vincennes.

Nous avons vu Vie et mort de H pique-assiette et souffre-douleur   de Hanokh Levin au Théâtre de la Tempête

Pleurer ou rire ? Le spectateur hésite en assistant à Vie et mort de H. Pleurer ? En concentrant son attention sur la trame, c’est ce qui attend le spectateur et la raison est simple, le titre perspicace : les rideaux se ferment sur la mort de H, ce personnage dont le spectateur est pris de pitié du début à la fin. Enfin, s’il reste concentré sur la trame. Ce pauvre H, opprimé d’une manière si violente qu’on en oublie de lui donner un vrai nom. Juste une lettre : H. Ce personnage mené à mal tout au long de la pièce par les personnes de sa propre famille. Personnage malheureux puisque c’est le bonheur de tous les personnages qui dépend de ce malheur. Critique sévère de la société israélienne de Hanoch Levin.

Le spectateur reste livré à lui-même du début à la fin dans cette pièce absurde qui laisse le spectateur hésiter et choisir entre les pleurs et le rire. C’est finalement ce choix laissé qui est terrible : le spectateur restera entre pleurs et rires, hésitant entre cette histoire de H, si triste et le reste. Car en se concentrant sur le jeu des acteurs et la mise en scène, c’est le rire garanti pour le spectateur ! Même H fait rire et c’est finalement là le pire. Les élèves resteront troublés à la pensée de cette pièce qui les a fait rire, pleurer, réfléchir et finalement, grandir.

Aurore Zeghouani, HPK

THÉÂTRE

Si Marianne avait été sensible à l’amour de Coelio ? Celui-ci ne serait probablement pas mort et Les caprices de Marianne
Afficher l'image d'origine
ne seraient donc plus un drame romantique. C’est sur un volcan et dans un décor absolument chaotique (chaises renversées, ballons éparpillés, etc.) que les élèves ont vu évoluer Marianne, Octave, Claudio jusqu’à la fin inéluctable du pauvre Coelio sur la scène du théâtre de la Tempête mercredi dernier.
A la sortie tous sont ravis « c’était la première fois que je voyais jouer un drame romantique et le jeu des acteurs m’a beaucoup plu » nous confie une élève de théâtre.

 

Aurore Zeghouani HPK

 

 

« L’ÉCOLE DES FEMMES » au théâtre de LA TEMPÊTE

visuel_ecoledesfemmes

Une représentation extraordinaire, une mise en scène intéressante et un jeu d’acteur des plus comique : c’est ce que vont retenir les élèves de théâtre et de prépa qui sont allés voir L’École des Femmes au théâtre de la Tempête mercredi dernier. Montée par Philippe Adrien, directeur du théâtre, la représentation était une reprise et les élèves ont compris pourquoi la mise en scène avait été proposée à de grands prix de théâtre « le jeu sur les sons et les lumières m’a beaucoup plu » nous confie l’un d’eux. Continuer la lecture de « L’ÉCOLE DES FEMMES » au théâtre de LA TEMPÊTE