THÉÂTRE: Qui es-tu Fritz Haber ?

Ce jeudi 9 novembre, les élèves de Terminales ont assisté à une représentation théâtrale organisée par les professeurs de philosophie dans « le cadre d’une ouverture culturelle » afin d’« illustrer quelques thèmes philosophiques fondamentaux ». Et ce n’est pas une première pour le lycée Bossuet ! L’année dernière, c’étaient les pensées de Descartes (Daniel Mesguish) et de Pascal (William Mesguish) qui s’affrontaient devant notre jeune public impressionné (voir article http://www.lyceebossuet-meaux.fr/journal/theatre-daniel-et-william-mesguich-au-lycee-bossuet/)

Et qu’il est difficile en effet de comprendre les sempiternels débats philosophiques comme celui entre la morale, la religion et la science ! C’est pourtant le sujet de la pièce Qui es-tu Fritz Haber ?, mise en scène par Xavier Lemaire d’après Le nuage de vert de Claude Cohen. L’intrigue est simple : nous sommes en 1915 et assistons, impuissants, à l’ultime confrontation du célèbre couple de chimiste allemand Clara (Isabelle Andréani) et Fritz Haber (Xavier Lemaire). Une violente dispute éclate à propos de l’utilisation des gaz chlorés dans les tranchées, et qui nous pousse à nous questionner sur la conception morale du savant liée au perpétuel progrès scientifique.

Comme souvent, la pièce fut suivie d’un échange avec les comédiens durant lequel les élèves ont pu approfondir certains aspects. Une élève de Terminale demande : « Pourquoi avoir choisi de jouer cette pièce ? », ce à quoi  M. Lemaire répond: « La diversité des thèmes traités nous a plu. La pièce pose de véritables questionnements philosophiques, mais explore aussi l’émancipation de la femme ou encore ce que c’est d’être juif, d’être patriote, d’être en couple et de vivre dans un pays en pleine expansion ».

Le public était enchanté et beaucoup de remarques positives s’élevaient dans les rangs : « c’est une très bonne pièce, très bien jouée »  commente la plupart. Un élève de Terminale remarque même « l’osmose entre les comédiens […] vraiment saisissante » alors qu’un autre s’étonne : « c’est complexe mais étrangement accessible ».

Quoi qu’il en soit, tous peuvent aborder le programme de philosophie avec davantage de confiance et de sérénité.

 

Laure Chanfong, TL Indigo